Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2009

derriere le monde

pass sourire.jpgEt si derriere le monde, il y avait un autre monde? Il suffirait de pousser la lourde porte de nos fardeaux, pour prendre à plein poumon le souffle de  vie que tous nous recherchons. Ne sentez vous pas le doux courant d'air de l'autre côté, cette odeur de cannelle que votre mère déposait sur les pommes cuites réchauffées dans le four de la cuisine. Rappelez vous ce genoux écorché dans l'insouscience de vos jeux d'enfants, celui là même que soulageait votre mère, penchée sur votre douleur. Ressentez vous encore votre corps se transporter au delà de tout vos rêves quand vous avez pris sa main pour la première fois. Vous y êtes? Elle avait 7 ans, vous huit, elle était la plus belle fille de l'école et dans la cours de récré sous le ciel gris de septembre, elle illuminait votre coeur. Depuis ce jour votre carcasse se nourrit d'elle, les images superposées de votre parcours ne peuvent effacer son visage, les odeurs se confondent, mais les volutes parfumées émanant de sa peau s'imprègnent à jamais dans les recoins de votre ame. Le temps à passé, l'amour aussi et de ce côté de la porte il vous manque l'essentiel: ELLE!!! Oserai je l'oublier de l'autre côté ?

10:26 Publié dans dessin | Lien permanent | Commentaires (2)

10/01/2009

PETIT BOUT

lavie.jpgLe tour du monde.

Le tour des femmes.

Le tour de MOI.

tu m'as donné

petit bout d'hommes

l'envie de ne plus courir

à travers la terre.

ELLE était là, et entre

les murs de la ville,

je me suis posé.

Nos corps réunis te

construisaient, et à

l'intérieur d'elle, déjà

je t'attendais.

Te voilà petit bout

propulsé dans l'univers

des hommes.

Demain tu feras le tour du monde, des femmes, de toi mais tu reviendras à l'essentiel:

ELLE et TON PETIT BOUT.

00:19 Publié dans dessin | Lien permanent | Commentaires (0)

06/01/2009

doux rêve

maman.jpgAdulte devenu, aujourd'hui bousculé,

poussé par le temps qui traverse ma vie,

mon coeur s'envolait de bonheur

quand le soir venu je tombais

dans les bras de maman.

Le parfum de sa peau

penettrait mon âme,

le souffle de son corps

m'enivrait de sa plénitude.

Abandonné sur sa vie

je n'espérais pas le matin,

du plus profond de moi,

rester dans ses bras

me protégeait des monstres

de la nuit.


 

14:16 Publié dans dessin | Lien permanent | Commentaires (2)